Psychologie magazine

Voici un extrait de l’article d’Audrey Mouge, journaliste et écrivain parlant de mon retour à la terre ainsi que de celui de trois autres personnes pleines d’authenticité. Bonne lecture!

Février 2018-Psychologie Magazine – Article P60

Ils sont retournés à la terre

Quitter un poste de cadre  pour devenir paysan, voilà une démarche audacieuse. Elle séduit pourtant de plus en plus de citadins en manque  d’authenticité:

Portraits de quatre intrépides qui ont franchi le pas

propos recueillis par Audrey Mouge
photos Vincent N’guyen

Psychologie Magazine – février 2018

Extraits de l’article :

….Retrouver du lien social

Persuadés que l’exploitation intensive et la course au profit sont néfastes pour notre santé, celle des animaux, des sols et des écosystèmes , ils ont à cœur de travailler en collaboration avec la nature de manière respectueuse et de revaloriser les liens sociaux.Véritables acteurs du changement,les membres de cette nouvelle vague de paysans incarne l’avenir de nos campagnes. Ils sont aussi l’espoir d’un paradigme émergent qui replace l’homme et son environnement au cœur de nos préoccupations,leur redonnant enfin leur dimension sacrée.

Sophie Marty, 60 ans , architecte

Psychologie magazine 1
​Crédit photo: Alain Beulé

devenue éthologue équin, coach en développement personnel

« Une petite voix m’a dit, va vers les chevaux! »

Après un voyage , j’ai ressenti dans l’avion un grand désespoir à l’idée d’un retour au quotidien. Tout à coup une petite vois en moi a murmuré: « va vers les chevaux!  » J’ai souri en me disant, n’importe quoi!pourtant j’ai décidé de m’inscrire à des cours d’équitation.je n’avais pas habitué ma famille à prendre du temps pour moi, je vivais donc cette nouvelle passion discrètement pour éviter de perturber la maison. Le contact avec les chevaux m’a tout de suite fait du bien. J’ai senti qu’ils m’aidaient à me retrouver. Je me suis formée à l’éthologie. Cinq ans plus tard j’ai acheté un lieu en Normandie et abandonné petit à petit l’architecture et Paris. Mes grands enfants ne sont plus dépendants de moi , mais mon mari se montre un peu détabilisé. il pensait avoir épousé le Corbusier, le voilà trente ans plus tard avec une autre femme….et à mi-temps.!

S’il a parfois douté de mon sens des réalités, il m’a soutenue dans mes choix et a même appris à monter.Je crois que cette reconnexion à la nature lui apporte beaucoup de sérénité. Avec une dizaine d’équidés et une vingtaine de chèvres, il a fallu de nouvelles pâtures.La ferme voisine était à vendre. Je l’ai visitée, j’ai hésité. A cet instant deux cygnes ont survolé la rivière. J’y ai vu un signe! C’est aussi intuitivement que dans une librairie j’ai posé mon regard sur un livre qui a bouleversé ma vie¨. Et grace auquel je propose depuis des ateliers de développement personnel facilités par les chevaux Ecouter les signes et ma voix intérieure a vraiment éclairé mon chemin.